Articles

Travail du dimanche, travail de nuit

Le Medef et les enseignes de la grande distribution mènent une nouvelle offensive sur l’ouverture dominicale des magasins de bricolage et les nocturnes. Les décisions de justice réaffirmant le droit sont allègrement transgressées. Le patronat prend en otages des salariés mal payés parmi lesquels on trouve nombre de travailleurs pauvres, travailleurs à temps partiel contraint, étudiants qui travaillent pour financer leurs études. Il prétend répondre à des aspirations sociétales en créant de l’emploi alors que les seuls intérêts en jeu sont ceux de groupes multinationaux aux profits insolents.

Lire la suite...

LE POINT A CEJOUR

Parce que les "créateurs de richesses c’est nous", la CGT lance dans une grande campagne intitulée "Répartir autrement, c’est capital !" avec une première offensive sur les salaires. De nombreux économistes reconnaissent désormais que l’austérité empêche la croissance et provoque la récession. Le mode de croissance financier et libéral qui s’est imposé depuis trente ans nous a précipité dans cette crise. C’est bien ce modèle économique qui privilégie la rémunération des actionnaires au détriment des salaires, de l’investissement, de la protection sociale et du bien commun qu’il faut mettre en cause. Alors que le patronat et, hélas, le gouvernement mettent en avant le "coût du travail" comme frein à la compétitivité, la CGT estime que la revalorisation des salaires est indispensable et urgente pour : - répartir plus justement les gains de productivité et favoriser la croissance de l’emploi ; - maintenir et faire progresser le pouvoir d’achat ; - atteindre l’égalité entre les femmes et les hommes ; - rémunérer les qualifications ; - relancer l’économie. Elle propose de : - revaloriser immédiatement le Smic à 1 700 euros bruts ; - la fin du gel de l’indice des fonctionnaires ; - la résorption des inégalités femmes/hommes ; - l’ouverture immédiate de négociations dans les entreprises et les branches.

Journée nationale interprofessionnelle de mobilisation

Le 6 février 2014 : Toutes les raisons de revendiquer Les motifs d’insatisfaction et les raisons d’exprimer notre mécontentement ne manquent pas. Nul besoin de catalogue pour illustrer les réalités de nos conditions de vie et de travail dégradées. La peur de perdre son emploi et l’angoisse de l’endettement figurent en tête des préoccupations des salariés en cette fin d’année 2013… Les richesses créées par notre travail doivent prioritairement servir à la réponse aux besoins sociaux, à la création d’emplois de qualité, à la revalorisation du SMIC, à la hausse des salaires pour vivre mieux et permettre une relance de la consommation des ménages et permettre ainsi une relance de la croissance. Et c’est possible !

Lire la suite...

Revaloriser les salaires

Il existe des entreprises qui connaissent des difficultés réelles. En période de crise, c’est à l’État de jouer son rôle pour aider ces entreprises à ouvrir des perspectives de croissance et d’emploi. Mais il existe également des entreprises, des groupes, des donneurs d’ordre, qui malgré la crise, sont en parfaite santé et continuent à faire des profits importants. Les montages financiers au sein des groupes, la création de holdings et de filiales au gré de la concurrence fiscale et des paradis fiscaux permettent aux groupes d’augmenter les profits versés aux actionnaires et de dissimuler les richesses créées par le travail des salariés. Il convient d’une part, d’encadrer beaucoup plus fortement les dispositions financières applicables aux groupes et d’autre part de donner plus de droits de regard aux représentants des salariés dans les comptes des entreprises. Les salariés qui créent les richesses dans l’entreprise doivent avoir un droit de regard sur la répartition de ces richesses entre ce qui va à l’investissement, ce qui va aux salaires et ce qui rémunère le capital. LA CGT PROPOSE L’intervention des représentants salariés dans les comptes des entreprises évitera bien des erreurs stratégiques fatales pour l’emploi. Les représentants des salariés doivent avoir leur mot à dire pour exiger que les gains de productivité réalisés donnent lieu à des revalorisations de salaires.

Le 15 octobre Manifestons tous ensemble Amplifions la mobilisation POUR notre salaire, notre emploi, notre protection sociale, notre retraite

Le 15 octobre Manifestons tous ensemble Augmenter les salaires, les pensions et les minima sociaux est une nécessité pour relancer l’économie et l’emploi, pour financer la protection sociale et nos retraites. Les effets néfastes des stratégies patronales, relayées par les plans d’austérité décidés par les gouvernements, ne sont plus à vous expliquer. Ils conduisent l’immense majorité d’entre nous à ne plus admettre de vivre de plus en plus mal DANS et DE son travail et d’avoir de moins en moins de projection possible sur son avenir, en particulier pour les jeunes. Le processus de mobilisations unitaires proposé par la CGT est seul à même d’ouvrir des perspectives d’amélioration pour les salariés, les retraités et les privés d’emploi. De la participation de chacune et chacun dépend sa force et de celle-ci, la possibilité de gagner ! Pour préparer le 15 octobre, saisissons-nous de la semaine du 7 au 11 octobre pour interpeller le patronat et les parlementaires sur les attentes sociales concernant les salaires, l’emploi, les conditions de travail, la protection sociale et la retraite. Ce sont les salariés par leur travail qui créent les richesses, mais tant que le patronat et les gouvernements appréhenderont le travail comme un coût, le chômage et la précarité augmenteront et le pouvoir d’achat baissera. Cette politique d’austérité alimente la récession économique et industrielle en France. Avec la CES (Confédération européenne des syndicats), nous disons que l’austérité menée partout en Europe n’est pas la solution mais le problème : il faut changer de cap dans chaque pays. Pour gagner sur les salaires, l’emploi, l’égalité professionnelle et améliorer nos conditions de travail, c’est dans chaque entreprise, chaque groupe, chaque branche professionnelle qu’il est nécessaire de gagner l’ouverture immédiate de négociations pour porter nos revendications pour une autre répartition des richesses. Le prix de notre travail doit l’emporter sur le coût du capital. Gagner sur ces questions ouvre d’autres perspectives pour le financement de la protection sociale et pour une autre réforme des retraites. Faisons partout du 15 octobre, journée nationale de grève et de manifestations interprofessionnelle, une nouvelle étape unitaire de mobilisation pour porter TOUS ENSEMBLE nos revendications.

Lire la suite...

Femmes et Retraite : Une réforme pour que cessent les inégalités de pension

La retraite est le miroir grossissant des inégalités subies par les femmes tout au long de leur vie : bas salaires, qualifications non reconnues, temps partiel imposé, chômage, carrière plus courtes, non prise en compte de la pénibilité des métiers à prédominance féminine, effets de la maternité, et responsabilités familiales… Le salaire moyen des femmes, en 2009, représente 27 % de moins que celui des hommes (cette proportion reste pratiquement la même depuis 20 ans !) et leur pension moyenne de droit direct est inférieure à 58 % à celle des hommes (932 euros contre 1603 euros en 2011). Les femmes constituent 82% des salarié-e-s à temps partiel. Elles sont majoritaires parmi les pauvres, surtout âgé-e-s : au-delà de 65 ans, 66% des pauvres sont des femmes. La question de la retraite des femmes ne peut pas être réduite à une question «spécifique ». Une réforme juste, une réforme qui assure un niveau de pension suffisant pour toutes et tous, doit se baser sur la situation des femmes et faire de l’égalité femmes/hommes le fil directeur. Les principales réformes mises en œuvre en 1993, 2003, 2008 et 2010, qui ont notamment allongé la durée de cotisation et la période de carrière prise en compte pour le calcul de la pension, ont eu pour effet d’accentuer les inégalités entre les femmes et les hommes. Hélas, les nouvelles mesures proposées pour 2013 sont loin de répondre à cet objectif d’égalité, pourtant affichées. Des mesures du gouvernement qui vont aggraver les inégalités

Lire la suite...

PROJET DE LOI

 

Chers(es) Camarades,

 

 

 

Vous trouverez ci-joint une note confédérale sur le projet de loi.

A LIRE

 

 

A toutes et à tous de mobiliser plus massivement, pour qu'il en soit autrement !
 
Merci aussi de nous indiquer ce que vous pensez faire le 18.
 
Amicalement,
Pour le Bureau
le Secrétaire Général,
 
Bruno PICARD

Manif'Estival - le 23 juin 2012 à Sens

Manif'Estival - le 23 juin 2012 à Sens

L'union locale CGT de SENS, avec l'aide de l'UD CGT 89 et des autres unions locales du département (Auxerre en tête) ont organisé cette seconde édition du Manif'Estival.

La concurrence était rude, avec du foot et d'autres festivités nocturnes organisées dans les villes et villages voisins, mais nous nous en sommes bien sortis avec une fréquentation plus que raisonnable donc nous nous devons de dire:

Merci aux équipes techniques de la ville, du son et de l'éclairage,
Merci aux 4 groupes qui nous ont offert un très beau spectacle,
Merci à tous les bénévoles et intervenants dans les stands CGT Jeunes, Avenir Social, Privés d'emploi...,
Et un grand MERCI au public sympathique et convivial venu passer un bon moment avec nous.

Cette année, le thème principal abordé dans les stands et tout au long de la soirée fut "les jeunes et leur place au sein du syndicat CGT".

Vous trouverez donc ci-joint l'intervention de Jeremy lors d'une prise de parole ainsi que l'article paru dans le journal "L'Yonne Républicaine"

Lire la suite...

Gallerie Photos

Les dessins de Langouro